La presse quotidienne – et le groupe l’Avenir en particulier – a été ma « seconde maison » pendant près de 20 ans. 20 ans d’un métier en mutation dans un monde en pleine transformation (1981-1998). 

Une période charnière pour les médias, au cours de laquelle j’ai vécu et accompagné d’abord l’informatisation de la fabrication et des rédactions, puis l’arrivée d’Internet, le tout sur fond de résistance au changement d’une frange importante des journalistes.

C’est au sein de la rédaction sportive que j’ai écrit mes premières lignes, au gré de reportages régionaux, nationaux et internationaux (Tour de France, Roland-Garros, Wimbledon, les Diables Rouges, les GP de motocross, etc). Après quelques années, mon intérêt pour le aspects graphiques et technologiques du journal m’a amené au secrétariat de rédaction, avec la responsabilité quotidienne de la fabrication du journal et l’engagement dans des projets fondamentaux comme l’informatisation des journalistes et l’installation d’un premier système rédactionnel informatisé.

Après un passage à la direction communication du groupe, j’ai pris en mains les destinées de la société gérant le réseau Nostalgie, puis d’une autre filiale, NMA (Nouveaux Médias de l’Avenir), dans laquelle furent logées les premières expériences web du groupe.

Ecriture

Le B.A. BA de la presse écrite, c'est écrire. Ecrire pour son lecteur.

Graphisme

Si la pertinence de l'info est essentielle, son habillage l'est tout autant. En tout cas à mes yeux. Ce fut un de mes combats quotidiens...

IT et Online

De la machine à écrire au PC, du papier au web, avec les premiers "contacts" avec Internet dès 1996.